Journal de bord d’une future Maman (trimestre 1)

C’est avec un immense plaisir que je peux enfin vous dévoiler la raison pour laquelle j’ai un peu délaissé ce blog ces dernières semaines:
Je vais être Maman!

Journal de bord d’une future Maman

Evidemment, c’est une merveilleuse nouvelle mais pas que…

Je ne sais pas si c’est propre à notre société mais après 2 mois de nausées permanentes et de coups de fatigue aussi intenses qu’incontrôlables, je trouve que l’on idéalise beaucoup trop la grossesse ou au moins le premier trimestre.
Une grossesse n’est pas une maladie? C’est vrai… c’est bien pire!
Les joies de la grossesse? Personnellement, je les ai beaucoup cherché je ne les ai pas encore trouvé!
La belle peau, les beaux cheveux, … Des foutaises!

Bref, loin de moi l’idée de me lamenter sur mon sort, je n’en ai pas le droit, ne serait-ce que par respect pour les couples qui n’arrivent pas à avoir d’enfant. En revanche, personnellement, j’aurais aimé être prévenue de ce qui m’attendait, je pense que j’aurais mieux vécu le début de ma grossesse. Je me fais donc un devoir de prévenir les jeunes femmes qui n’ont pas encore d’enfant sur ce que c’est que d’être enceinte et pour ça, j’ai tout simplement choisi de partager avec vous quelques extraits de mon journal de bord que voici:

Jour 39: Ca y est, c’est confirmé: je suis bien enceinte.

Ton père a pleuré de joie, moi pas. Je savais, au fond de moi, depuis bien longtemps que j’étais enceinte. Depuis le jour de ta conception si tu veux tout savoir. Quelque chose s’est passé en moi ce jour que je ne peux pas expliquer. Comme si mon corps m’avait envoyé un message me disant « Ca y est c’est fait! ». Je ne voulais pas m’emballer pour rien mais au fond de moi je savais que ma vie allait changer à tout jamais.

Jour 56: « au fond de moi, j’ai su que ma vie allait changer à tout jamais ».

Journal de bord d’une future Maman

Je ne peux m’empêcher de sourire à la lecture de ces mots parce que lorsque je les ai écrit, je n’avait encore aucune idée de ce qui m’attendait!

Je viens de passer les 15 jours les plus longs de ma vie.

Que l’on ne s’avise pas de me dire que porter un enfant est la plus belle chose qui puisse arriver à une femme! C’est faux! Si c’était le cas alors je ne serais pas malade comme un chien depuis 15 jours! Lorsque ce n’est pas la fatigue qui me terrasse ce sont les nausées entrecoupées de vomissements qui rythment mon quotidien. J’ai tout tenté jusqu’à investir dans un appareil à smoothies en profitant d’un code promo Darty pour me concocter des breuvages infectes sensés apaiser mon estomac mais rien ne me soulage! Je ne me reconnais plus, je sens que je ne suis déjà plus la même et c’est très effrayant. Moi qui ai toujours eu besoin de tout contrôler je deviens laxiste voir même fainéante mais je n’ai pas le choix! Tu aspires mon énergie comme une sangsue!

Certains jours sont tellement longs que je me dis que je ne serai pas capable de revivre ça une seconde fois! Les femmes qui enchaînent les grossesses pour le plaisir d’être enceintes ne peuvent pas vivre ce que je vis en ce moment, ce n’est tout simplement pas possible ou alors je ne suis peut-être pas faite pour être mère.

J’ai toujours entendu dire qu’une grossesse n’est pas une maladie, personnellement j’ai l’impression d’avoir une gastro carabinée depuis 15 jours!

Alors oui parfois je t’en veux de me transformer en déchet humain mais aussi contradictoire que cela puisse paraître, en parallèle, je commence déjà à t’aimer.

Hier je me suis surprise à te parler en me caressant le ventre. Bon ok, j’avoue que ça ressemblait plutôt à des supplications de me laisser tranquille mais je crois que c’est la preuve que tu deviens concret dans mon esprit.

Jour 58: Cette nuit j’ai fait un rêve…

Ton père et moi étions en voyage à Dubaï. En voyant la mer à la sortie de l’un des énormes centres commeciaux que compte la ville, j’ai été prise d’un besoin irrésistible de la rejoindre. Je commence donc à courir, manquant de me faire renverser en traversant la route qui séparait le centre commercial de la plage. Ton père me hurle de ralentir mais je ne l’écoute pas. La mer m’attire comme un aimant.
La plage est tellement large que j’ai l’impression que plus je cours, plus la mer s’éloigne. Puis, peu à peu, je me rends compte que je m’enfonce dans le sable. Chaque foulée est plus difficile que la précédente. Je pourrais encore faire demi-tour et rejoindre ton père mais l’appel de la mer est plus fort que tout. Il faut que je la rejoigne, quoi qu’il m’en coûte.
Très vite, je vois qu’autour de moi, les gens s’enlisent autant que moi voir davantage. Mes foulées deviennent peu à peu de simples pas qui me demandent des efforts surhumains mais je dois atteindre la mer. Je continue donc jusqu’à ce que je m’enlise jusqu’au cou. Je ne suis pas la seule. Les gens à mon niveau ont également les 4 membres totalement immobilisés dans le sable. Je me débats, je m’épuise mais rien n’y fait, je suis bloquée.
Au loin, une énorme vague se forme à la surface de la mer. Elle va tous nous engloutir sans que nous ne puissions rien faire. Je ne peux même pas me retourner vers ton père, je n’ai plus qu’à fermer les yeux et à me laisser submerger en espérant que ma noyade ne soit pas trop douloureuse. Autour de moi, les gens hurlent, se débattent. Pas moi. je ne regrette rien.
La vague arrive, me submerge, je concentre mes dernières forces sur mes paupières pour garder les yeux fermés.
Puis en une fraction de seconde, je me retrouve, je ne sais comment, debout, à coté de ton père resté près du centre commercial. J’ai survécu. Je ne sais pas comment, je n’ai pas atteins la mer, c’est elle qui est venue à moi mais j’ai survécu…

Je ne crois pas aux rêves prémonitoires mais ce rêve est si représentatif de ce que je vis en ce moment qu’il en est troublant! Et pourtant… j’ai survécu!

Jour 64: Depuis maintenant une semaine, je vis dans l’angoisse.

Tout a commencé le jour de mon rêve. Depuis ce jour, j’ai des pertes anormales qui annoncent la plupart du temps une fausse couche. Elles vont, elles viennent mais l’angoisse, elle, ne me lâche pas. Il y a deux jours, ton père et moi avons vu ton petit coeur battre. C’était magique mais l’angoisse était de retour seulement quelques heures après. Je sais que si tu nous quittes c’est parce que la nature n’aura pas bien fait les choses mais ce serait tellement difficile à accepter! Je fais de mon mieux pour prendre soin de toi mais je sais que ton avenir ne dépend pas exclusivement de moi et ce sentiment d’impuissance m’est insupportable. Peut-être que c’est ça être parent après tout… faire de son mieux en sachant que peut-être ça ne suffira pas!

Jour 65: Aujourd’hui, tout va mieux: ahhh les « mhormones »!

Journal de bord d’une future Maman

Mes pertes disparaissent peu à peu: preuve que tu t’accroches! Je suis si fière de toi (et de moi aussi je dois dire).

Maintenant que nous t’avons vu en bonne santé, nous ne pouvons qu’être convaincus que tu vas le rester et rester bien au chaud jusqu’au terme de cette belle aventure! Oui je sais, ça n’avait pas l’air d’être une si belle aventure que ça il y a une semaine mais maintenant que nous avons fait ta connaissance tout est différent.

Tu es tellement beau et tu paraissais tellement serein recroquevillé sur toi-même! La seule chose qui dénotait était la vitesse à laquelle ton coeur battait! La gynéco nous a dit que c’était normal mais je n’ai pas pu m’empêcher de penser « Calme-toi, tu auras tout le temps de stresser plus tard, pour l’instant, détend-toi, je veille sur toi! ». C’est con hein? Oui je sais mais depuis que je t’ai vu, je suis un peu devenue con. Ca doit être ça l’instinct maternel…

Jour 82: Ouf, tu commences enfin à me laisser tranquille!

Les nausées sont moins fortes, les coups de fatigue moins violents, … En revanche, dissimuler ton existence devient de plus en plus difficile.

Mon ventre s’arrondit de jour en jour mais s’il n’y avait que ça! J’ai déjà renoncé au ventre plat que je m’étais sculpté juste avant d’apprendre ton existence mais je ne pensais pas devoir aussi rapidement renoncer à mes fesses qui sont en train de se transformer à nouveau en deux masses informes qui dégoulinent sur mes cuisses! Trois mois de chononutrition et d’efforts balayés en seulement quelques semaines, c’est dur à accepter!

Pourtant, je n’ai pas le choix, mon corps change, c’est indéniable et peut-être même irrémédiable. J’ai la sensation d’avoir totalement perdu le contrôle de mon apparence et de perdre peu à peu toute féminité : ma peau bourgeonne à nouveau comme si j’avais 15 ans alors que j’avais réussi à me débarrasser de mon acné, mes cheveux sont devenus secs comme de la paille et donc, indomptables, mes chevilles et mon dos ne supportent déjà plus les talons, bref, inutile de te dire que psychologiquement c’est très dur à vivre pour la femme avec un grand F que je suis. Alors qu’il y a encore quelques semaines, je passais mon temps à chercher une preuve de ta présence dans le magnifique miroir que ton père m’a offert il y a quelques semaines via un joli code promo Conforama, aujourd’hui, je l’évite au maximum! Je ne reconnaissais déjà plus mes comportements, c’est maintenant le reflet que me renvoi le miroir que je ne reconnais pas et c’est tout aussi effrayant.

Pourtant, je ne t’en veux plus. C’est plutôt à ton père que j’en veux maintenant. C’est injuste, je sais, mais n’est-ce pas injuste que je sois la seule à subir tous ces changement? Pourtant, malgré tout, il continue de se montrer ultra-attentif à mes besoins. Tu auras vraiment un papa en or!

Jour 84: Aujourd’hui c’est le grand jour.

Quasiment un mois que nous attendons ce jour pour enfin te revoir.

Ma priorité c’est que tu ailles bien parce que malgré ce que ton père et moi on se dit pour se rassurer, je sais que cela nous dévasterait de devoir renoncer à toi, quelle qu’en soit la raison! C’est vrai que nous ne t’avons pas vraiment attendu, tu ne nous en as pas laissé le temps mais nous t’aimons déjà de tout notre coeur!

Jour 85: Ca y est mon bébé, nous t’avons enfin revu.

Journal de bord d’une future Maman

Tu mesures environ 6cms, tu as le nez de ton père, tu suces ton pouce comme ta mère mais surtout: tu sembles en parfaite santé.

J’avais dis à ton père que je ne regarderais pas l’écran tant que la sage-femme ne se prononcerait pas sur ton état de santé. Je n’ai pas pu m’en empêcher tout comme je n’ai pas pu détourner mon regard de ton petit corps si fragile et énergique à la fois. Le simple fait d’entendre ton petit coeur et de te voir bouger m’a fait oublier tout ce que j’ai subi ces dernières semaines. Après tout, ça en vaut peut-être vraiment la peine…

 

Attention: je tiens malgré tout à préciser que toutes les femmes ne vivent pas leurs grossesses de la même manière. Je ne pense pas avoir été chanceuse, ni malchanceuse dans le sens où certaines femmes ne savent même pas ce que c’est que d’avoir la nausée tandis que d’autres ont nausées et vomissements tout au long de leurs grossesses. Chaque femme est différente et chaque grossesse l’est encore davantage. Si je vous fais part aujourd’hui des difficultés que j’ai rencontré ces dernières semaines c’est simplement pour que les futures mamans sachent que porter la vie, c’est pas le paradis!

Suite de mes confessions ici.

1 sur 1

7 commentaires sur “Journal de bord d’une future Maman (trimestre 1)

  1. Très joli témoignage, au plaisir de lire la suite … Si toute fois tu comptes la publier !! Et en espérant enfin réussir à vivre ça aussi … Mais ceci est une autre histoire. Des bisous au schnouki !!

  2. J’ai suivi l’annonce de l’heureux futur papa via twitter, que dire à part félicitation à vos futurs parents, tu sais, il paraît que le bonheur ne fait que commencer, dans 18 ans il ou elle passe le bac ^^’

  3. Bonjour,
    Il semblerai que je ne sois pas la seule a ressentir ca! Et ca fait du bien de l’entendre. Je n’ai pas eu le droit a qqn pour me reposer avec la fameuse phrase vous êtes enceinte pas malade…. que j.ai bien trop entendu. C’est vrai! Malade même en arrêt je vais bien mieux.
    J’ai vécu 3 mois horrible aujourd’hui a 12sa +.. j’ai l’impression que ca va un peu mieux. Mais je me demande ce qui m’attends pour la suite. Surtout que j’ai l’impression d’être suivit que par des nulles, a part les prises de sang et l’écho horrible que j’ai du subir par une tortionnaire je nai absolument rien fait.
    Je trouve que la femme enceinte manque de considération et d’aide.

    1. Et oui, la grossesse n’est pas de tout repos mais étant actuellement enceinte pour la 2eme fois je peux t’assurer que le jeu en vaut la chandelle ! Courage à toi pour la suite, le premier trimestre est très souvent le pire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *