Alimentation saine façon grand-mère : les conseils à suivre pour une vie plus saine

Dans notre société moderne, il est souvent difficile de trouver le temps et les ressources pour se concentrer sur une alimentation saine.

Cependant, en regardant les habitudes alimentaires de nos grands-mères, nous pouvons apprendre de précieux conseils pour bien manger. Revenons à ces pratiques simples et efficaces, qui ont fait leurs preuves depuis des générations.

L’importance d’une alimentation variée et équilibrée #

Nos grands-mères l’ont toujours su : pour être en bonne santé, il faut manger de tout. Elles n’hésitaient pas à diversifier leur alimentation, en incluant des fruits, légumes, protéines animales et végétales, céréales complètes et produits laitiers. Cette approche permettait d’éviter les carences nutritionnelles et de profiter des différents nutriments apportés par chaque type d’aliment.

Privilégier les fruits et légumes de saison

Au-delà de la diversité des aliments, nos aïeules attachaient beaucoup d’importance à la qualité des ingrédients qu’elles utilisaient. Elles misaient notamment sur les fruits et légumes frais et de saison, qui sont plus savoureux et conservent mieux leurs qualités nutritives. De surcroît, consommer local et de saison permet de réduire son empreinte écologique et soutenir les producteurs locaux.

À lire Confitures incontournables : Le classement de 60 Millions de consommateurs révélé

Miser sur les aliments faits maison et non transformés #

Les plats préparés, les produits ultra-transformés et la restauration rapide n’existaient pas à l’époque de nos grands-mères. Elles cuisinaient au maximum leurs repas avec des aliments bruts et faits maison. Ce faisant, elles évitaient les additifs, conservateurs et autres ingrédients indésirables souvent présents dans ces produits. De plus, cuisiner permet de mieux contrôler les quantités de sel, sucre ou gras ajoutés à chaque plat.

Découvrir les bienfaits des légumineuses

En matière d’alimentation saine, les légumineuses (lentilles, pois chiches, haricots secs) constituent une excellente source de protéines végétales, fibres et vitamines. Riche en acides aminés essentiels, cet aliment peu onéreux était particulièrement apprécié par nos aïeules qui ne disposaient pas forcément de viandes à tous les repas.

Réduire la consommation de viande, mais privilégier la qualité #

Nos grands-mères ne mangeaient généralement pas de viande à chaque repas, ce qui leur permettait de se concentrer sur la qualité plutôt que sur la quantité. Privilégiez donc la volaille, le poisson et les viandes maigres comme le lapin ou le veau, qui sont moins riches en graisses saturées que les viandes rouges et transformées. À noter que réduire sa consommation de viandes contribue également à diminuer son empreinte écologique.

Ne pas bannir les matières grasses, mais choisir les bonnes

Il ne s’agit pas de supprimer toutes les graisses de notre alimentation, car elles sont essentielles au bon fonctionnement de notre organisme. Toutefois, il est important d’éviter les graisses saturées et trans (viandes grasses, charcuteries, beurre, crème) et de privilégier les graisses insaturées (huiles végétales, oléagineux, poissons gras), plus bénéfiques pour notre santé.

À lire Ménopause : les prunes, un allié pour renforcer les os

Équilibrer les repas et écouter sa faim #

Nos grands-mères étaient également expertes dans l’art de composer des menus équilibrés et savoureux. Elles veillaient à proportionner chaque groupe d’aliments selon leurs besoins nutritionnels, sans oublier la notion de plaisir. Par ailleurs, elles savaient écouter leur corps et manger en adéquation avec leur faim, ce qui évitait le grignotage et les excès de calories.

Prendre le temps de manger et de savourer ses repas

Manger dans de bonnes conditions revêt une importance primordiale pour une alimentation saine. Nos aïeules prenaient généralement le temps de cuisiner, de s’asseoir à table pour partager un bon repas entre amis ou en famille, et de mastiquer correctement chaque bouchée. Ces habitudes contribuaient à favoriser la satiété et évitaient les problèmes digestifs.

En somme, en adoptant ces conseils inspirés des grands-mères pour une alimentation saine et équilibrée, nous pouvons améliorer notre santé, préserver l’environnement et redécouvrir le plaisir de cuisiner et de partager des repas savoureux en famille ou entre amis. N’oublions pas que bien manger est avant tout une question d’équilibre, mais aussi de simplicité et de respect envers les produits et la nature.

Les critiques de Marine est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis