Le sénat pourrait limiter le droit de grève à la SNCF à 30 jours par an : une décision qui pourrait changer votre quotidien

Une proposition de loi pour limiter le droit de grève à la SNCF à 30 jours par an est en cours d'examen par les sénateurs.

Une proposition de loi controversée #

Initialement présentée par Hervé Marseille, sénateur centriste des Hauts-de-Seine, cette proposition suscite déjà de vifs débats. Le gouvernement, représenté par le ministre des Transports Patrice Vergriete, a déjà exprimé son opposition à cette mesure.

Le sénat, à majorité de droite, pourrait adopter cette loi dès cet après-midi. Elle vise principalement les grèves à la SNCF qui ont créé la polémique lors des dernières vacances de février. Cette proposition ne vise pas à interdire totalement les grèves, mais à les sanctuariser à certaines périodes de l’année.

Les détails de la proposition #

La proposition prévoit que les grèves ne seraient plus possibles durant les heures de pointe, les vacances scolaires, les jours fériés, les week-ends d’élections et certains grands événements majeurs. Cela représenterait en tout 30 jours durant lesquels la grève ne serait pas possible. L’interdiction de faire grève serait limitée aux seules heures de pointe et aux personnels indispensables au fonctionnement du service.

À lire Que savoir sur le café bio en 2024 et les avancées technologiques ?

En perspective des Jeux Olympiques, Hervé Marseille estime que son texte « limiterait et encadrerait le droit de grève un peu plus, comme ça a été fait dans le secteur aérien ». Il dénonce « un détournement du droit de grève ». C’est en effet un sujet qui exaspère, comme l’a exprimé le Premier ministre Gabriel Attal, rappelant que « la grève est un droit », mais que « travailler est un devoir ».

Opposition et soutien à la proposition #

Il est clair que l’adoption de ce texte est loin d’être acquise. Le gouvernement y est opposé, tout comme la gauche. Cependant, Hervé Marseille reste optimiste, estimant qu’il peut trouver des alliés à l’Assemblée nationale, dans tous les groupes, parce que c’est un sujet qui concerne l’ensemble des Français.

Il est évident que ce texte divise. Certains considèrent qu’il s’agit d’une entrave au droit de grève, fondamental dans une démocratie. D’autres estiment qu’il est nécessaire de protéger les usagers des transports, souvent pris en otage lors des grèves.

  • La proposition de loi vise à limiter le droit de grève à la SNCF à 30 jours par an.
  • Elle prévoit une interdiction de grève durant les heures de pointe, les vacances scolaires, les jours fériés, les week-ends d’élections et certains grands événements majeurs.
  • Le gouvernement et la gauche sont opposés à cette proposition.
  • La proposition pourrait être adoptée par le sénat à majorité de droite dès cet après-midi.

Les critiques de Marine est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis