Le département des Hauts-de-Seine face à la crise immobilière : Comment agir avec un budget réduit ?

La crise immobilière a sans nul doute laissé des traces sur le budget du département des Hauts-de-Seine.

Impact de la crise immobilière sur les finances du département #

Les droits de mutation à titre onéreux, les fameux « frais de notaire », ont subi une chute de 30% en 2023. Cette réduction a engendré un déclin considérable des recettes de la collectivité, passant de 717 millions d’euros à 505 millions d’euros.

Le département a donc dû puiser pour la troisième année consécutive dans ses résultats libres d’affectation, dont le montant initial était de 558 millions d’euros. L’impact de la crise immobilière sur le budget du département est évident et nécessite une révision de la copie budgétaire.

Anticipation des défis budgétaires pour 2024 #

La perspective pour 2024 n’est pas plus brillante. Les prévisions du département tablent sur un volume de DMTO de 430 millions d’euros, soit une baisse de 75 millions d’euros par rapport à 2023. Le département s’attend à une recette de TVA de 774 millions d’euros, soit une légère progression de 3%.

À lire Que savoir sur le café bio en 2024 et les avancées technologiques ?

Pour maintenir son budget, le département va devoir emprunter jusqu’à 433 millions d’euros. C’est grâce à une gestion rigoureuse que le département est en mesure d’emprunter pour maintenir le cap de ses ambitions, alors que d’autres départements ont dû réduire drastiquement leur budget d’investissement.

Stratégie d’investissement malgré la crise #

Dans le budget adopté récemment, une somme de 976 millions d’euros a été allouée à l’action sociale, ce qui représente une hausse de 3% par rapport à 2023. Malgré la crise, le département a réussi à financer plusieurs projets alignés sur l’agenda 2030 pour le développement durable, comme la création d’une trame écopaysagère.

Plus de 50 millions d’euros ont également été investis dans les espaces naturels, sans compter les fonds alloués à l’aménagement des berges de la Seine. Le département prévoit également d’ouvrir plus de 11 hectares d’espaces verts supplémentaires afin que chaque habitant du département soit à moins de 15 minutes d’un espace vert.

Voici les acquisitions et réalisations à venir dans le domaine de l’environnement :

À lire Découvrez comment une pièce de théâtre jouée dans une langue étrangère a réussi à captiver les spectateurs et à devenir un succès retentissant

  • Le parc de la Roseraie à Chatenay-Malabry
  • La création du jardin de l’Ile Seguin
  • L’extension du parc du chemin de l’ile à Nanterre

Malgré la crise immobilière, le département des Hauts-de-Seine reste engagé dans sa mission de développement durable. Il continue d’investir dans des projets environnementaux, tout en maintenant une gestion rigoureuse de son budget.

Les critiques de Marine est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis