Le décret français interdisant les « faux » noms de viande pour les substituts végétariens suspendu : qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

Le Conseil d'Etat, la plus haute juridiction administrative de France, a une fois de plus suspendu un décret du gouvernement prévu pour interdire l'utilisation de termes tels que "steak", "escalope" ou "jambon" pour désigner des alternatives à la viande.

Le conseil d’Etat met un terme à la restriction linguistique controversée #

C’est la deuxième fois que cette mesure, conçue pour apaiser la colère des agriculteurs, est mise en suspens pour des raisons juridiques.

Le décret de suspension a été annoncé en réponse à une revendication de longue date des acteurs de la filière animale. Il a été publié pendant le dernier Salon de l’agriculture, dans le cadre des engagements du gouvernement pour calmer les tensions parmi les agriculteurs. Les termes tels que « jambon végétal », « saucisse vegan » ou « bacon végétarien », selon le gouvernement, peuvent semer la confusion chez les consommateurs.

Un doute sérieux sur la légalité de l’interdiction #

Toutefois, le juge des référés, bien qu’il n’ait pas remis en question l’opinion du gouvernement, a estimé qu’il y avait un « doute sérieux sur la légalité de cette interdiction ». La première fois que le juge des référés a été saisi de cette question, il a demandé à la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) si un État membre pouvait « adopter des mesures nationales réglementant ou interdisant ce type de dénominations ». La CJUE n’a pas encore répondu.

À lire Que savoir sur le café bio en 2024 et les avancées technologiques ?

Dans l’attente de la réponse de la CJUE, le second décret a été suspendu. Le juge des référés a estimé que ce texte, qui prévoit une interdiction à partir du 1er mai, « porterait une atteinte grave et immédiate aux intérêts des industriels » fabriquant ce type de produits en France. D’autant plus que leurs concurrents fabriquant dans d’autres pays européens ne sont pas soumis à une telle restriction.

Récapitulatif et implications pour l’industrie alimentaire #

Voici un résumé de ce qui s’est passé :

📜 Récapitulatif 🔍 Détails
🚫 Suspension du décret Le Conseil d’Etat a suspendu le décret interdisant l’usage de termes liés à la viande pour les substituts végétaux.
⚖️ Légalité en question Un « doute sérieux sur la légalité » de l’interdiction a été soulevé, en attente de la réponse de la CJUE.
🏭 Implications pour l’industrie Le décret, s’il était mis en œuvre, aurait un impact significatif sur les fabricants de substituts végétaux en France.

Ce développement pourrait avoir des implications majeures pour l’industrie alimentaire, notamment pour les producteurs de substituts de viande à base de plantes. Les consommateurs pourraient également être affectés, étant donné que la terminologie utilisée pour ces produits pourrait changer de manière significative si le décret était finalement mis en œuvre.

FAQ:

  • Qu’est-ce que le Conseil d’Etat ?C’est la plus haute juridiction administrative en France.
  • Qu’est-ce que la CJUE ?C’est la Cour de Justice de l’Union Européenne.
  • Quel est le problème avec l’utilisation des termes de viande pour les substituts végétaux ?Il est suggéré que cela pourrait semer la confusion chez les consommateurs.
  • Quelle est la prochaine étape ?Le décret est suspendu en attendant la réponse de la CJUE sur sa légalité.
  • Qui serait affecté par ce décret ?Les fabricants de substituts de viande à base de plantes en France seraient directement affectés, ainsi que potentiellement les consommateurs.

Les critiques de Marine est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis