La Suisse face à une condamnation sans précédent pour inaction climatique : la cour européenne des droits de l’homme rend son verdict

La Suisse s'est réveillée ce mardi avec une nouvelle surprenante.

Un verdict historique pour la Suisse #

La Cour européenne des droits de l’homme a rendu un verdict qui pourrait avoir un impact significatif sur les actions futures du pays en matière de changement climatique. Pour la première fois, un État a été condamné pour son inaction climatique.

Le pays est reconnu coupable d’avoir violé la Convention des droits de l’Homme. Cette décision historique est le fruit d’une action en justice menée par une association de femmes âgées suisses, « Ainées pour la protection du climat », qui ont dénoncé l’indifférence du pays face au changement climatique.

Les conséquences du verdict #

La condamnation de la Suisse par la CEDH est sans appel. Le pays est tenu de respecter la décision de la Cour et d’accroître ses efforts pour lutter contre le changement climatique. Avec ce verdict, la CEDH a affirmé le droit des citoyens à une protection effective de l’État contre les effets néfastes du changement climatique sur la vie, la santé et le bien-être.

À lire Que savoir sur le café bio en 2024 et les avancées technologiques ?

Les plaignantes, des femmes retraitées suisses, ont souligné les conséquences du réchauffement climatique sur leurs conditions de vie et leur santé. L’inaction de l’État suisse face à ces problèmes a été jugée inacceptable par la Cour.

Rejet des autres requêtes #

Par ailleurs, la Cour européenne des droits de l’homme a rejeté deux autres requêtes déposées par l’ancien maire de Grande-Synthe et un groupe de citoyens portugais. Ces derniers reprochaient à la France et à 32 autres États européens leur inaction face au changement climatique.

L’ancien maire de Grande-Synthe, Damien Carême, avait attaqué l’État français pour inaction climatique. Quant aux jeunes portugais, ils avaient déposé une plainte après des incendies violents dans leur pays en 2017. Cependant, la Cour a rejeté ces demandes, estimant que les plaignants n’avaient pas encore épuisé toutes les voies de recours.

Les implications de cette décision sont considérables. En voici quelques-unes :

À lire Découvrez comment une pièce de théâtre jouée dans une langue étrangère a réussi à captiver les spectateurs et à devenir un succès retentissant

  • Elle établit un précédent juridique pour la condamnation des États pour leur inaction face au changement climatique.
  • Elle met en évidence l’importance de la protection des droits de l’homme dans le contexte du changement climatique.
  • Elle souligne la nécessité pour les États de prendre des mesures concrètes pour lutter contre le changement climatique.

Les critiques de Marine est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis