La sécheresse menace Bogotá : la capitale colombienne se bat pour l’eau, le réchauffement climatique est-il coupable?

Bogotá, une métropole grouillante de plus de 8 millions d'habitants, est perchée sur un plateau à plus de 2 600 mètres d'altitude et est totalement encerclée par les montagnes.

La capitale colombienne face à une sécheresse sans précédent #

Elle est également entourée par une forêt humide qui s’étend sur des dizaines de kilomètres. L’eau, omniprésente dans son environnement, est pourtant aujourd’hui une ressource menacée.

La ville qui a toujours été un réservoir d’eau naturel pour ses habitants est maintenant à l’aube d’une crise hydrique. En effet, elle a récemment mis en place des mesures drastiques de restriction d’accès à l’eau pour ses habitants, une première pour une ville de cette taille.

Les barrages de Chuza et San Rafael quasi à sec #

La ville, traditionnellement alimentée par les barrages de Chuza et San Rafael, doit faire face à une réalité alarmante. Ces barrages, qui fournissent 70% de l’eau de la ville, ne contiennent plus que 16% et 19% de leurs capacités de réserve respectives. En d’autres termes, dans 54 jours, Bogotá pourrait être à sec.

À lire Que savoir sur le café bio en 2024 et les avancées technologiques ?

La situation est telle que les habitants qui ont besoin d’eau potable ou qui souhaitent prendre une douche peuvent être contraints de quitter la ville, malgré les embouteillages monstres et l’absence de réseau ferroviaire.

  • La ville de Bogotá est perchée à plus de 2 600 mètres d’altitude
  • Les barrages de Chuza et San Rafael ne contiennent plus que 16% et 19% de leurs réserves d’eau
  • Des mesures drastiques de restriction d’accès à l’eau ont été mises en place
  • La ville pourrait être à sec dans 54 jours

Les facteurs contribuant à la crise hydrique #

La cause de cette situation dramatique est un mélange de mauvaise gestion de l’eau et de réchauffement climatique, exacerbé cette année par le terrible phénomène El Niño. Ce phénomène climatique naturel, lié à un réchauffement de l’océan Pacifique équatorial, se produit en moyenne tous les trois à sept ans et a des conséquences dévastatrices sur le climat et les réserves d’eau.

La crise hydrique actuelle à Bogotá est un rappel brutal des défis que les villes du monde entier doivent relever face au réchauffement climatique. La gestion durable de l’eau est plus que jamais une question de survie pour ces métropoles.

🌍 Bogotá Capitale colombienne de plus de 8 millions d’habitants, potentiellement à sec dans 54 jours
💧 Réserves d’eau Les barrages de Chuza et San Rafael ne contiennent plus que 16% et 19% de leurs réserves
🔥 Réchauffement climatique Un des facteurs clés de la crise hydrique actuelle

FAQ:

  • Quelle est la situation à Bogotá?La ville est confrontée à une sévère crise hydrique et pourrait être à sec dans 54 jours.
  • Qu’est-ce qui a causé cette situation?Une combinaison de mauvaise gestion de l’eau et de réchauffement climatique, aggravée par le phénomène El Niño.
  • Quelles mesures ont été prises?Des restrictions drastiques sur l’accès à l’eau ont été mises en place.
  • Quel est l’état des réserves d’eau?Les barrages de Chuza et San Rafael ne contiennent plus que 16% et 19% de leurs capacités de réserve.
  • Quelles sont les conséquences pour les habitants?Ils pourraient être contraints de quitter la ville pour accéder à l’eau potable.

Les critiques de Marine est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis