Controverse à Besançon : la mairie réagit face à des affiches controversées associant migrants et violeurs lors du carnaval

Le carnaval de Besançon, un événement festif et traditionnel, a été entaché par une controverse.

Un incident choquant lors du carnaval de Besançon #

L’événement a été marqué par la présence de deux pancartes associant les migrants à des violeurs. Cet incident choquant a conduit Anne Vignot, la maire de la ville, à prendre des mesures juridiques.

La maire écologiste de Besançon a déclaré qu’elle portera plainte pour incitation à la haine. La plainte est la réponse de la ville à ce qu’elle considère comme une atteinte aux valeurs de la République. Une banderole véhiculant un message similaire était également suspendue sur une façade de la Grande Rue.

Réaction de la maire #

La maire de Besançon, Anne Vignot, a réitéré sa position lors d’une conférence de presse. Elle a qualifié ces actes et propos de « immondes », « insupportables » et « insoutenables ». Elle a également affirmé qu’elle se battra toute sa vie contre ce genre de haine.

À lire Que savoir sur le café bio en 2024 et les avancées technologiques ?

Elle a confirmé avoir porté plainte contre X pour provocation à la haine raciale suite à cet incident. Elle n’exclut pas de déposer d’autres plaintes après avoir reçu de nombreux commentaires haineux sur les réseaux sociaux.

Condamnation d’autres élus #

La réaction de la maire n’a pas été la seule. Laurent Croizier, député MoDem du Doubs et conseiller municipal de Besançon, a également condamné l’incident. Il a qualifié l’action de « raciste » et de « pseudo-féminisme ».

Il a déclaré que le combat pour l’égalité entre les femmes et les hommes mérite mieux que ces faux-prophètes. Il a souligné que le féminisme véritable s’oppose à l’intolérance et à l’obscurantisme des extrêmes.

Ouverture d’une enquête #

Le parquet de Besançon a ouvert une enquête pour « provocation à la haine raciale à l’égard d’un groupe de personnes en raison de leur origine ». Ces faits sont passibles d’un an d’emprisonnement et de 45.000 euros d’amende.

À lire Découvrez comment une pièce de théâtre jouée dans une langue étrangère a réussi à captiver les spectateurs et à devenir un succès retentissant

Cette affaire a jeté une ombre sur le carnaval de Besançon, généralement considéré comme un événement familial et joyeux. Elle souligne la nécessité de lutter contre le racisme et la discrimination.

  • Incident lors du carnaval de Besançon
  • Réaction de la maire de Besançon
  • Condamnation d’autres élus
  • Ouverture d’une enquête

Les critiques de Marine est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis