Votre sécurité à vélo menacée ? Grand-Paris-Sud investit massivement pour renforcer son réseau de pistes cyclables

Imaginez-vous, cycliste, traversant les rues de votre agglomération sans crainte de voir s'interrompre brusquement votre piste cyclable.

Un réseau cyclable ininterrompu : la nouvelle vision de Grand-Paris-Sud #

C’est le rêve que Grand-Paris-Sud (360.000 habitants dont Evry et Corbeil) s’est engagé à réaliser. Pour ce faire, l’intercommunalité a décidé de consacrer deux millions d’euros en 2024 – une hausse de 70% par rapport à 2023 – à la liaison des pistes cyclables de ses communes membres. Une initiative qui s’inscrit dans le cadre de son plan vélo lancé en 2019.

Qui bénéficiera de ce financement ? Notamment les villes d’Evry-Courcouronnes, Corbeil-Essonnes et Grigny qui verront l’aménagement de cinq kilomètres de pistes cyclables. L’agglomération compte également solliciter des subventions auprès de la région Ile-de-France et du département de l’Essonne. Le but est d’atteindre 16 kilomètres supplémentaires de voies dédiées d’ici 2026.

Une initiative concertée pour un réseau cyclable cohérent #

La cohérence et la continuité du réseau cyclable nécessitent une concertation approfondie, une vérité bien comprise par les responsables de Grand-Paris-Sud. Olivier Chaplet, vice-président de l’agglomération en charge des mobilités, souligne l’importance d’une coordination étroite avec toutes les communes impliquées, la région et le département.

À lire Testez l’huile de figue de barbarie pure

Et pour cause, le but n’est pas seulement de favoriser les trajets des vélos-tafeurs, des lycéens et des collégiens. Il s’agit également d’améliorer le quotidien de tous les cyclistes, qu’ils soient occasionnels ou réguliers.

Des actions pour un environnement cyclable plus accueillant #

Outre l’aménagement des pistes cyclables, l’agglomération entend développer d’autres services liés au vélo. Parmi ces services, on compte un programme de financement d’ateliers de co-réparation pour vélo, dont une cinquantaine a déjà pu être ouverte depuis 2021. Ces ateliers ont permis la réparation de quelque cinq cents bicyclettes.

D’autre part, l’agglomération envisage l’installation d’une dizaine d’abris à vélos près de sites qu’elle gère. Enfin, depuis 2020, elle a mené une soixantaine d’opérations pro-vélo, telles que le marquage au sol, l’installation d’environ 500 places de stationnement pour vélo et la création d’une dizaine de stations de gonflage.

  • Financement de l’aménagement de pistes cyclables
  • Coordination avec les communes, la région et le département
  • Développement de services liés au vélo
  • Installation d’abris à vélos
  • Réalisation d’opérations pro-vélo

Ces initiatives, bien que salutaires, sont jugées insuffisantes par l’association « Fédération pour les circulations douces en Essonne ». Sa présidente, Maryvonne Mateu, estime qu’il est nécessaire de changer les mentalités et de réduire la place de la voiture dans le partage de la voirie.

À lire Que savoir sur le café bio en 2024 et les avancées technologiques ?

Les critiques de Marine est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis