Une machination inédite en Corse : un couple adultère brandit le spectre du FLNC pour se débarrasser d’un conjoint gênant

Dans le calme apparent de Penta-di-Casinca, un petit village pittoresque du sud de l'agglomération de Bastia, une histoire insolite s'est déroulée.

Le montage d’une intrigue hors du commun en Corse #

L’acte principal de ce drame singulier ? La menace du FLNC, utilisée comme une épée de Damoclès pour éliminer un mari devenu indésirable. Selon les juges du palais de justice de Bastia, cela semble être le fil conducteur de la conspiration ourdie en secret par un couple adultère du village.

Le FLNC, ou Front de libération nationale corse, est un groupe nationaliste clandestin connu pour sa redoutabilité. Dans cette affaire, son nom a été utilisé comme une menace pour faire plier un mari gênant. Un recours à la terreur qui a de quoi surprendre.

La menace du FLNC : une tactique redoutable #

Sur les façades des maisons, le sigle du FLNC est peint à la bombe. Des lettres signées au nom de ce groupe clandestin sont envoyées. Ces messages critiquent les propriétaires de ces villas pour avoir loué leur bien et « extorqué de l’argent aux Corses ». Un moyen de pression intimidant.

À lire Testez l’huile de figue de barbarie pure

La situation devient encore plus sérieuse lorsqu’une des résidences reçoit une lettre demandant 10 000 euros au titre d’un « impôt révolutionnaire ». Une sorte de racket destiné à financer la cause nationaliste. À la suite de cela, les autorités sont informées et une enquête judiciaire est immédiatement lancée.

Une machination dévoilée et des suspects arrêtés #

La femme et son amant sont rapidement inculpés pour « association de malfaiteurs en vue de commettre un crime et dénonciation mensongère ». En effet, les enquêteurs de la section de recherches ne tardent pas à découvrir la supercherie. Une surveillance des propriétaires de la villa révèle que l’épouse a un amant.

Il est clair que cette affaire est une parodie de ce que le FLNC représente. Une utilisation abusive de son nom pour servir des intérêts personnels a jeté une ombre sur le village paisible de Penta-di-Casinca.

Voici un résumé des événements :

À lire Que savoir sur le café bio en 2024 et les avancées technologiques ?

  • Un couple adultère de Penta-di-Casinca utilise la menace du FLNC pour intimider un mari gênant.
  • Le sigle du FLNC est peint sur les maisons, et des lettres de menace sont envoyées.
  • Une demande de 10 000 euros est faite au titre d’un « impôt révolutionnaire ».
  • Les autorités sont informées et une enquête judiciaire est lancée.
  • La femme et son amant sont inculpés pour « association de malfaiteurs en vue de commettre un crime et dénonciation mensongère ».

Les critiques de Marine est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis