Un regard rétrospectif sur le 30e anniversaire du génocide de Tutsi au Rwanda : une douloureuse réalité toujours présente

Il y a 30 ans, le Rwanda était plongé dans une des plus sombres périodes de l'histoire humaine.

Le souvenir douloureux du génocide Tutsi #

Le génocide Tutsi, une époque de terreur et de mort qui a laissé une cicatrice indélébile sur le coeur du pays. Le président rwandais Paul Kagame, lors du 30e anniversaire des massacres, a déclaré que la communauté internationale « nous a tous laissé tomber ». Une déclaration qui résonne encore avec une amertume évidente.

Ces commémorations ont pour but de rappeler les premières tueries qui ont conduit à ce que l’on considère aujourd’hui comme le dernier génocide du XXe siècle. L’inaction de la communauté internationale pendant cette période a été largement critiquée. Ce sentiment d’abandon a été partagé par Paul Kagame lors d’un discours donné devant plusieurs milliers de personnes à la BK Arena à Kigali.

Une flamme du souvenir pour les victimes #

Paul Kagame, qui gouverne le pays d’une main de fer depuis la fin du génocide, a rendu hommage aux victimes en allumant une flamme du souvenir au Mémorial de Gisozi. Ce geste symbolique a été suivi d’une veillée à la BK Arena de Kigali, où des milliers de personnes se sont rassemblées, des bougies à la main, pour honorer la mémoire des victimes du massacre.

À lire Testez l’huile de figue de barbarie pure

Le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a également reconnu la responsabilité de la communauté internationale dans l’inaction face au génocide. Selon lui, il est important de reconnaître et d’assumer ce manquement.

La France et ses responsabilités #

Le président français Emmanuel Macron a affirmé que la France assume pleinement ses responsabilités dans le génocide. Une déclaration qui fait écho à celle qu’il a faite en 2021 lors de sa visite à Kigali. Il a précisé que la France n’avait pas été complice des génocidaires hutu, mais a reconnu qu’elle avait abandonné des centaines de milliers de victimes à cet enfer.

Après des décennies de tensions et même une rupture des relations diplomatiques entre Paris et Kigali, un rapprochement a été possible grâce à la mise en place d’une commission par Emmanuel Macron qui a conclu en 2021 à des « responsabilités lourdes et accablantes » de la France.

Voici quelques points clés à retenir :

À lire Que savoir sur le café bio en 2024 et les avancées technologiques ?

  • Le génocide Tutsi a fait 800.000 morts, majoritairement dans la minorité tutsi, mais aussi des Hutu modérés.
  • La communauté internationale a été largement critiquée pour son inaction pendant le génocide.
  • Le président rwandais Paul Kagame a déclaré que la communauté internationale « nous a tous laissé tomber ».
  • Paul Kagame a allumé une flamme du souvenir au Mémorial de Gisozi en hommage aux victimes du génocide.
  • Emmanuel Macron a affirmé que la France assume ses responsabilités dans le génocide.
  • Après des décennies de tensions, un rapprochement a été possible entre la France et le Rwanda.

Les critiques de Marine est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis