Un regard profond sur le rôle du patriarcat dans les crimes dits d’honneur : une réflexion sur la violence et l’égalité des sexes

Remontons à une époque récente où le jeune Shemseddine, âgé de seulement 15 ans, a été brutalement assassiné dans une affaire qui a fait grand bruit.

Le concept de crime d’honneur et sa signification #

Cette affaire a vu quatre jeunes accusés de sa mort. Le motif ? Un simple différend impliquant la sœur de deux des accusés. Les frères ont appris que leur sœur échangeait avec des personnes de son âge sur des sujets liés à la sexualité, ce qui, selon eux, ternissait leur réputation et celle de leur famille.

Le terme « crime d’honneur » a rapidement été utilisé pour décrire cette affaire, bien que cette notion n’existe pas dans le droit français. Ce terme a été utilisé pour décrire des crimes perpétrés dans l’idée de protéger l’honneur de la famille ou du groupe. Il faut noter que cette idée n’est pas spécifique à une religion ou à une culture. Historiquement, de nombreux pays occidentaux ont excusé, au moins en partie, les crimes d’honneur jusqu’aux années 70/80.

La réputation et le patriarcat #

La notion de « crime d’honneur » est intrinsèquement liée à la notion de réputation. La réputation est la synthèse des jugements d’un groupe sur une personne à un moment et dans un lieu donnés. Ce n’est pas quelque chose qui appartient à l’individu, mais cela peut avoir des conséquences significatives. La réputation est également fortement influencée par le genre. Par exemple, un garçon ayant une mauvaise réputation est souvent vu de manière positive : il est considéré comme un séducteur, un défi pour les adultes. En revanche, une fille ayant une mauvaise réputation est souvent stigmatisée pour avoir transgressé les normes sexistes.

À lire Testez l’huile de figue de barbarie pure

D’autre part, l’honneur est lié à la pureté et à la respectabilité des mères et des sœurs. Ce sont les hommes qui sont chargés de défendre cet honneur. L’idée sous-jacente est que le contrôle des hommes sur les femmes et leur sexualité est essentiel pour maintenir l’honneur de la famille.

Le rôle des réseaux sociaux dans la notion d’honneur et de réputation #

Les réseaux sociaux ont joué un rôle important dans l’évolution de la notion d’honneur et de réputation. Sur ces plateformes, il n’y a pas de contrôle sur ce que les membres du groupe disent. Si quelque chose fuite sur les réseaux sociaux, il peut y avoir un effet de preuve grâce à la capture d’écran. Il peut y avoir l’idée que la violence est méritée quand elle est « vue » sur les réseaux sociaux. Ces plateformes ont une forte diffusion à l’échelle du quartier, voire du quartier voisin.

Dans l’affaire Shemseddine, les grands frères avaient des antécédents avec la justice. Pour eux, il y avait potentiellement une réputation à tenir dans le quartier pour se faire respecter et donc un honneur de la famille à défendre.

Voici une liste de points à retenir :

À lire Que savoir sur le café bio en 2024 et les avancées technologiques ?

  • Le concept de crime d’honneur n’est pas spécifique à une religion ou à une culture.
  • La réputation et l’honneur sont étroitement liés et influencés par le genre.
  • Les réseaux sociaux ont joué un rôle important dans l’évolution de la notion d’honneur et de réputation.

La violence autour des questions d’honneur et de réputation #

Il est difficile de dire s’il y a une augmentation de la violence autour de ces questions d’honneur et de réputation. Cependant, on parle de plus en plus de la réputation des jeunes filles. Cela peut aussi influencer les agresseurs. Il est important de noter que la violence ne vient pas des téléphones. Les idées et les rumeurs se propagent sans téléphone.

Il est nécessaire de faire un travail considérable dans toute la société pour enseigner à tout le monde que les femmes n’appartiennent pas aux hommes. Il est urgent de mettre fin à cette mentalité patriarcale qui mène à des crimes dits d’honneur et à une violence inutile.

Les critiques de Marine est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis