« Taxe lapin », soins directs et remboursements psy : les surprenants plans de santé du gouvernement pourraient-ils marcher ?

Le Premier ministre Gabriel Attal a annoncé un plan audacieux pour améliorer l'accès aux soins en France.

Une vision renouvelée pour l’accès aux soins #

Parmi les mesures présentées, l’une des plus marquantes est la possibilité pour les pharmaciens de prescrire des antibiotiques pour certaines conditions, comme les angines ou les infections urinaires.

En plus de cela, une initiative visant à élargir l’accès direct aux kinésithérapeutes est prévue pour démarrer en juin dans 13 départements. Cette mesure fait suite à une loi mise en place il y a un an, qui limitait cet accès aux structures de type maisons de santé. Cela fait partie d’une stratégie plus large pour éviter les consultations inutiles avec les généralistes, et simplifier le parcours de soin des Français.

Le controversé « taxe lapin » #

Une autre mesure qui suscite le débat est la « taxe lapin ». Déjà évoquée par Gabriel Attal lorsqu’il était ministre du budget, cette taxe vise à pénaliser les patients qui manquent leur rendez-vous chez le médecin sans prévenir au moins 24 heures à l’avance. Si un patient ne se présente pas, une retenue de 5 euros sera prélevée et ira directement au médecin.

À lire Testez l’huile de figue de barbarie pure

La décision d’appliquer cette taxe sera laissée à la discrétion du médecin et devrait entrer en vigueur le 1er janvier de l’année prochaine. Le paiement de cette taxe pourra être effectué via les plateformes de réservation, ce qui permettra aux médecins de mettre en place leur propre système de retenue.

Élargissement du système de garde #

Pour lutter contre le manque de médecins de garde dans certaines régions, le Premier ministre a promis un « plan d’urgence ». Ce plan reposera sur une aide financière et sur la responsabilité des médecins. De plus, à partir de cet automne, le système de gardes en ville sera élargi aux infirmiers, dentistes et sages-femmes.

Cette proposition fait suite à la crise des urgences de l’été 2022, qui avait déjà conduit le gouvernement à envisager que le Samu puisse demander à des infirmiers de se déplacer à domicile en urgence. Cependant, cette mesure devra être mise en œuvre sur la base du volontariat et pourrait nécessiter une formation supplémentaire.

Plus de médecins formés #

Une autre mesure importante annoncée par le gouvernement est l’augmentation du nombre de médecins formés chaque année. Le nombre d’étudiants en deuxième année devrait passer de 10.800 en 2023 à 12.000 en 2025, puis à 16.000 en 2027. De plus, 2.700 nouveaux médecins étrangers formés hors de l’Union européenne seront autorisés à exercer à l’hôpital cette année.

À lire Que savoir sur le café bio en 2024 et les avancées technologiques ?

  • Suppression du numerus clausus
  • Augmentation du nombre d’étudiants en médecine
  • Accueil de médecins formés hors de l’UE

Une meilleure prise en charge des soins psychologiques #

Enfin, Gabriel Attal a promis de réviser le système MonSoutienPsy, mis en place en 2021 pour permettre le remboursement des consultations psychologiques. Le tarif de la séance sera revalorisé, passant de 30 euros à 50 euros. De plus, l’accès à ce dispositif sera facilité : il ne sera plus nécessaire de passer par un médecin pour en bénéficier. Le plafond de prise en charge sera également relevé de 8 à 12 séances.

Ces mesures, bien que controversées, ont pour objectif de repenser l’accès aux soins en France. Seul l’avenir nous dira si ces initiatives porteront leurs fruits.

Les critiques de Marine est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis