Revivez la touchante commémoration d’Izieu : un spectacle émouvant pour évoquer les jours heureux avant l’horreur indescriptible

Imaginez une colonie joyeuse, pleine de rires d'enfants et de rêves naissants.

Un portrait de joie avant la tragédie #

Une imposante bâtisse au pied des Alpes, où chaque enfant a un rêve à réaliser, que ce soit devenir dessinateur ou compositeur. C’est ainsi que se déroulait le quotidien des enfants juifs accueillis dans la maison d’Izieu, dans l’Ain, avant l’événement tragique du 6 avril 1944.

Ce jour-là, une rafle nazie a emporté 44 innocents, ainsi que leurs 7 éducateurs. 80 ans après, le site, transformé en musée mémorial, a accueilli une commémoration solennelle entre le 4 et le 7 avril, marquée par la première visite présidentielle d’Emmanuel Macron.

Une commémoration artistique #

Les « Journées de la Mémoire » ont été une occasion de rendre hommage de manière sensible et humaine à ce lieu qui était, au-delà de la tragédie, un refuge empli de quiétude et d’espoir. Le site a présenté une variété d’expositions, de concerts et de documentaires, dont l’avant-première du spectacle « Les enfants d’Izieu ».

À lire Le mobilier du jardin : pourquoi est-ce si important ?

La pièce est une lecture émouvante d’un texte de Rolande Causse, accompagnée en direct par la musique de Lionel Belmondo et Laurent Fickelson et illustrée par les dessins de Gilles Rapaport. Elle raconte la tragique histoire d’Izieu à travers un long poème, tout en faisant perdurer la mémoire à travers les générations.

Izieu, heureux #

Même si ces jeunes étaient séparés de leurs parents, pour la plupart déportés, leur passage à Izieu leur a permis de nourrir leur personnalité et de s’épanouir dans leurs centres d’intérêt. C’est ce qu’a voulu raconter l’écrivaine, pour montrer aussi « Izieu, heureux ».

Un album illustré par Gilles Rapaport et publié en mars dernier a vu le jour à partir de ce texte. Présenté au musicien Lionel Belmondo, il est devenu un projet scénique. Selon Causse, l’art a le pouvoir de transcender notre condition humaine et le spectacle vivant, celui de toucher tous nos sens.

La formation d’artistes, qui redonne vie aux enfants d’Izieu sans passer sous silence leur déportation et leur assassinat, se produira à nouveau sur le site du mémorial le 18 mai. Des dates dans d’autres villes de France pourraient être prochainement annoncées.

À lire Testez l’huile de figue de barbarie pure

  • La colonie joyeuse d’Izieu avant la tragédie
  • Les « Journées de la Mémoire » comme commémoration artistique
  • « Izieu, heureux » – un hommage émouvant à travers le spectacle

Les critiques de Marine est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis