Reconstruction de la ville de Khan Younès à Gaza : une bataille contre l’oubli et la désolation

Les rues autrefois animées de la ville de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, sont aujourd'hui méconnaissables.

Une ville défigurée #

Suite au retrait des troupes israéliennes, les habitants ont découvert un paysage post-apocalyptique, témoignage silencieux de mois de conflits violents entre les troupes israéliennes et le mouvement islamiste palestinien Hamas.

Les habitants, déplacés par la guerre, ont retrouvé leur ville avec des rues défigurées, des bâtiments détruits et une atmosphère fantomatique. La poussière des gravats et des pans de béton effondrés ajoutent une couche supplémentaire de désolation à ce paysage de destruction.

Retour douloureux des résidents #

Aisha al-Hour, une habitante de 26 ans, a eu du mal à retrouver l’emplacement exact de sa maison dans cette ville ruinée. « Ma maison a été complètement détruite et n’est plus que décombres », a-t-elle confié, le cœur lourd de douleur. « Dans chaque recoin de ma maison, il y avait des souvenirs… L’ampleur de la dévastation est indescriptible », a-t-elle ajouté.

À lire Le mobilier du jardin : pourquoi est-ce si important ?

Salim Sharab, un autre résident, a exprimé un sentiment similaire : « C’est comme si nous ne reconnaissions pas les lieux, car rien ne ressemble à ce qu’il y avait avant ». Ignorant l’état de sa maison, il a déclaré : « Même si la maison est détruite, je monterai une tente sur les décombres ».

Des pertes incalculables #

Safaa Qandil, 46 ans, a déjà accepté l’ampleur de la désolation : « Nous espérions trouver la maison ou ce qu’il en reste ou simplement récupérer quelque chose. Mais nous n’avons pas trouvé la maison ». Elle a également perdu son fils et sa belle-fille enceinte, tués par l’armée israélienne. « Ma tragédie est immense », a-t-elle déclaré. Chaque maison a sa propre histoire de deuil, de blessures et de pertes.

Le conflit a fait plus de 33 000 victimes à Gaza, la majorité étant des civils. De plus, la majorité des 2,4 millions d’habitants de la bande de Gaza sont menacés de famine, selon les Nations Unies.

Malgré ces dévastations, les habitants de Khan Younès commencent à reconstruire leur vie et leur ville. Parmi les initiatives entreprises, on peut citer :

À lire Testez l’huile de figue de barbarie pure

  • Appel à l’ONU pour obtenir des engins afin de dégager les corps
  • Reconstruction des maisons détruites
  • Soutien psychologique aux victimes du conflit

Malgré la douleur et la dévastation, l’espoir persiste à Khan Younès.

Les critiques de Marine est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis