Montpellier : Quand un projet de chaudière met le feu aux poudres entre socialistes et écologistes. Que se passe-t-il vraiment ?

La ville de Montpellier est actuellement le théâtre d'une véritable bataille politique entre écologistes et socialistes.

Une alliance politique qui se fissure #

Le déclencheur ? Un projet de chaudière à combustion solide de récupération (CSR) présenté par le maire socialiste Michaël Delafosse. Ce projet a provoqué la colère de deux vice-présidents écologistes de la métropole, Coralie Mantion et François Vasquez, qui ont décidé de quitter la majorité.

Ils reprochent au maire l’absence d’évaluation de l’impact sanitaire de cette chaudière et son coût élevé. Selon eux, ce projet est en totale contradiction avec la politique « zéro déchet » votée à l’unanimité en 2022. Ils l’accusent de privilégier une solution coûteuse et polluante plutôt que de promouvoir le recyclage et la réduction des déchets.

Urbanisation et préservation des espaces naturels : un autre point de discorde #

Mais la chaudière CSR n’est pas le seul point de discorde. Coralie Mantion, chargée de l’aménagement durable, exprime aussi son désaccord avec les orientations du plan local d’urbanisme intercommunal (PLUI). Ce plan envisage d’urbaniser des espaces naturels et agricoles, une décision qu’elle juge incompatible avec l’engagement de construire la ville sur la ville et de préserver les espaces verts.

À lire Testez l’huile de figue de barbarie pure

Les écologistes dénoncent une politique d’urbanisation qui ne respecte pas les accords passés lors des élections municipales. Ils critiquent la gouvernance du maire, qu’ils jugent irrespectueuse des partenaires politiques et des personnes.

Une majorité plurielle encore solide ? #

Malgré ces départs, le socialiste Christian Assaf, vice-président de la métropole de Montpellier et proche de Michaël Delafosse, minimise la situation. Selon lui, la majorité de gauche plurielle reste solide, avec des socialistes, des communistes, des radicaux de gauche et même encore des écologistes.

Il défend le projet de chaudière CSR, qu’il juge indispensable pour traiter les déchets résiduels. Quant au plan d’urbanisme, il assure que les objectifs de non-bétonnage seront tenus, malgré une croissance démographique continue.

Voici les points clés de cette affaire :

À lire Que savoir sur le café bio en 2024 et les avancées technologiques ?

  • Le projet de chaudière CSR est le déclencheur de la crise.
  • Les écologistes dénoncent une politique d’urbanisation qui ne respecte pas l’environnement.
  • Le socialiste Christian Assaf minimise la situation et défend le projet de chaudière.

Quel sera l’avenir de cette alliance de gauche à Montpellier ? Seul l’avenir nous le dira. La campagne des municipales s’annonce déjà électrique.

Les critiques de Marine est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis