L’invincible Mathieu van der Poel écrase Paris-Roubaix pour la deuxième fois : une victoire inoubliable après une performance solitaire de 60 km

Mathieu van der Poel, le champion néerlandais, a écrit une nouvelle page de l'histoire du cyclisme en remportant Paris-Roubaix pour la deuxième fois de sa carrière.

Un exploit historique #

Cette victoire, acquise le dimanche 7 avril, est le fruit d’une attaque audacieuse lancée à une soixantaine de kilomètres de l’arrivée.

Ses compétences hors pair et sa dextérité ont permis à van der Poel de survoler les pavés et d’éviter tous les obstacles sur son chemin. Après avoir franchi la ligne d’arrivée au vélodrome de Roubaix, il a levé les bras en signe de victoire, devançant son coéquipier belge Jasper Philipsen et le Danois Mads Pedersen de trois minutes.

Un palmarès impressionnant #

Van der Poel devient le onzième cycliste de l’histoire à réussir cet exploit, le premier depuis Fabian Cancellara en 2013. Avec cette victoire, il est le seul coureur en activité à compter six Monuments à son palmarès, soit un de plus que Tadej Pogacar.

À lire Testez l’huile de figue de barbarie pure

Après avoir démontré sa supériorité à travers une chevauchée de 44 km au « Ronde » la semaine précédente, le champion du monde s’est imposé une fois de plus grâce à un raid solitaire de 60 km, à la manière d’Andreï Tchmil il y a trente ans.

Une domination sans précédent #

En outre, à l’âge de 29 ans, van der Poel rejoint des légendes comme Fabian Cancellara, Tom Boonen, Roger De Vlaeminck et Rik Van Looy en remportant le Tour des Flandres et Paris-Roubaix la même année, un exploit réservé aux grands de ce sport.

Il est également le premier cycliste à gagner deux années successives sur les pavés de l’Enfer du Nord depuis Tom Boonen en 2008 et 2009. C’est également une grande victoire pour son équipe Alpecin qui a remporté les trois premiers Monuments de l’année.

Voici quelques faits saillants de cette course inoubliable :

À lire Que savoir sur le café bio en 2024 et les avancées technologiques ?

  • La course s’est déroulée à un rythme record, avec un fort vent dans le dos, ce qui a rapidement morcelé le peloton en petits groupes.
  • La sélection précoce a permis d’éviter des chutes massives dans des secteurs stratégiques comme la controversée chicane avant la trouée Arenberg.
  • La trouée a causé des dégâts et créé la confusion après la crevaison de plusieurs gros bras, dont Jasper Philipsen et Mads Pedersen.
  • Malgré ces défis, van der Poel a impressionné par son démarrage fulgurant et a finalement remporté la course en solitaire.

Les critiques de Marine est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis