Le maintien de la cérémonie des JO 2024 sur la Seine : une décision audacieuse et optimiste malgré les défis sécuritaires, selon Gérald Darmanin

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a récemment exprimé son soutien pour le maintien de la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Paris 2024 sur la Seine.

La position de Gérald Darmanin sur la cérémonie au bord de la Seine #

Une décision qu’il considère comme une « bonne idée » malgré le contexte actuel de menace élevée d’attentat.

Il a affirmé avec assurance qu’aucune menace terroriste caractérisée n’a été identifiée sur l’organisation des Jeux olympiques et paralympiques. Un point de vue qui renforce la confiance dans la sécurité des grands événements.

Le défi de la sécurisation du lieu de cérémonie #

Le ministre a également souligné que les grands événements très sécurisés sont sans doute parmi les endroits les plus sûrs. Il est convaincu que la cérémonie sur la Seine présente le moins de possibilités pour une attaque terroriste, étant donné le haut niveau de sécurité qui sera en place.

À lire Testez l’huile de figue de barbarie pure

Il a ajouté qu’aucune des 205 délégations ne refuse d’y participer, y compris les équipes américaine, israélienne et iranienne. Un fait qui témoigne de leur confiance dans les mesures de sécurisation.

Sécurité et accessibilité : un équilibre délicat à trouver #

Par ailleurs, un système d’inscription en ligne sera mis en place pour accéder aux périmètres de sécurité autour des sites de compétition. Cela concerne plusieurs dizaines de milliers de personnes, notamment les habitants, les invités et les personnes travaillant dans le secteur.

Afin d’assurer une sécurité optimale, des criblages de sécurité seront réalisés pour les personnes inscrites. À ce stade, 195.000 criblages de personnes accréditées aux JO ont déjà été effectués, sur un total d’un million à réaliser.

  • 161 personnes fichées S ont été écartées, dont 105 pour islam radical, 35 de l’ultra-droite, 18 de l’ultra-gauche et 3 pour ingérence étrangère.
  • Les 285.000 agents privés de sécurité qui travailleront pour les JO ont également été criblés.
  • 1.392 refus ont été enregistrés. Ces personnes ont vu leur carte professionnelle retirée en raison d’un casier judiciaire, d’un fichage ou d’une situation irrégulière.

Les critiques de Marine est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis