La suisse face à son inaction climatique : la cour européenne des droits de l’homme valide une procédure inédite

Le mardi 9 avril, un événement sans précédent s'est produit.

Un verdict sans précédent #

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a tranché en faveur d’une association de femmes suisses âgées. La cour a statué que ces femmes pouvaient intenter une action en justice contre leur propre gouvernement pour son inaction face aux problèmes climatiques.

Cette décision pourrait bien jeter les bases d’une nouvelle approche dans la lutte contre le changement climatique. Elle ouvre la possibilité de poursuites contre les États pour leur inaction face à cette crise mondiale.

Le cœur du problème #

En se basant sur les droits inscrits dans la Convention européenne des droits de l’homme, la CEDH a jugé que les autorités suisses n’avaient pas respecté leurs obligations. En particulier, elles ont failli à garantir une protection efficace contre les graves conséquences du changement climatique sur la vie, la santé, le bien-être et la qualité de vie.

À lire Le mobilier du jardin : pourquoi est-ce si important ?

La cour a pointé du doigt de « graves lacunes » dans les politiques suisses de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Elle a également critiqué leur incapacité à atteindre les objectifs qu’elles s’étaient fixés en matière de réduction de la pollution.

  • Un manque de protection contre les effets du changement climatique
  • Des « graves lacunes » dans la politique de réduction des émissions de gaz à effet de serre
  • Une incapacité à respecter leurs objectifs pour réduire les émissions polluantes

La réaction suisse #

Le ministère suisse de l’Energie s’est défendu en affirmant que le pays était « sur la bonne voie » et « faisait beaucoup ». Cependant, cette affirmation semble contredire le verdict de la CEDH.

De son côté, Rosmarie Wydler-Walti, l’une des leaders du groupe de plaignantes, a exprimé son incrédulité et sa joie face à cette victoire. Selon elle, c’est « le maximum » qu’elles auraient pu obtenir.

Impact global de la décision #

En dépit du rejet de deux autres recours similaires déposés contre la France et 32 autres pays, cette décision reste une victoire pour les défenseurs de l’environnement. Elle ouvre une brèche significative dans la lutte pour la justice climatique.

À lire Testez l’huile de figue de barbarie pure

En effet, la recevabilité de ce genre de plaintes a été reconnue par la CEDH. Damien Carême, ancien maire de Grande-Synthe en France, voit dans ce verdict une « voie ouverte » à d’autres plaintes en matière de droit à la vie et de justice climatique.

Les critiques de Marine est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis