La guerre de 7 mois prend un tournant : L’armée israélienne fait un pas en arrière dans le sud de Gaza, les négociations reprennent et l’espoir renaît

Après sept mois de conflit intense, l'armée israélienne a effectué un mouvement stratégique en se retirant du sud de la bande de Gaza.

Le retrait stratégique de l’armée israélienne #

Ce retrait a été effectué après le démantèlement du Hamas palestinien dans la ville la plus grande de la zone. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affirmé sa volonté de détruire le Hamas au sein de toute la bande de Gaza.

Le retrait a été annoncé alors que le conflit a déjà coûté la vie à plus de 33,000 personnes à Gaza, dont la majorité sont des civils. Le ministère de la Santé du Hamas rapporte que 38 personnes sont mortes ces dernières 24 heures, et l’ONU informe que la majorité des 2,4 millions d’habitants de Gaza sont menacés de famine.

La reprise des négociations pour une trêve #

Le même jour que l’annonce du retrait, des négociations indirectes entre le Hamas et Israël ont repris, avec l’intervention des médiateurs internationaux. Le président américain Joe Biden a exhorté les parties à reprendre ces négociations et à trouver un accord. L’objectif de ces discussions est de conclure un accord de trêve associé à des libérations d’otages et à une augmentation significative de l’aide humanitaire à Gaza.

À lire Testez l’huile de figue de barbarie pure

Le Hamas a déclaré qu’il ne renoncerait pas à ses exigences pour un accord : un cessez-le-feu complet, un retrait israélien de Gaza, un retour des déplacés et un accord sérieux d’échange d’otages et de prisonniers palestiniens. Du côté israélien, M. Netanyahu a insisté sur le fait qu’il n’y aurait pas de cessez-le-feu sans la libération de tous les otages.

La situation humanitaire déplorable #

La situation humanitaire à Gaza est catastrophique. Une seule trêve a eu lieu depuis le début de la guerre, permettant la libération d’une centaine d’otages en échange de détenus palestiniens et l’entrée de davantage d’aides à Gaza. Malgré cela, les aides arrivent au compte-gouttes et sont largement insuffisantes. La population de Gaza vit, selon l’ONU, « l’enfer sur terre ».

Avec des enfants qui meurent de faim, des maisons détruites et des déplacés qui s’entassent, la population de Gaza est désespérée. Des mendiants sont aperçus sur le marché, à côté d’enfants qui tentent de vendre conserves et légumes.

  • La guerre a coûté la vie à plus de 33,000 personnes
  • Le Hamas et Israël reprennent les négociations pour une trêve
  • La situation humanitaire est critique à Gaza

Le futur incertain du conflit #

Le Hamas est considéré comme un groupe terroriste par Israël, les Etats-Unis et l’Union européenne. Le groupe a pris le pouvoir à Gaza en 2007, deux ans après le retrait d’Israël du territoire qu’il avait occupé pendant 38 ans. Avant le siège total imposé le 9 octobre, Israël soumettait le territoire palestinien à un blocus depuis 2007.

À lire Que savoir sur le café bio en 2024 et les avancées technologiques ?

En Israël, des rassemblements ont lieu pour réclamer la démission de M. Netanyahu, tandis que les proches d’otages organisent des événements pour marquer les six mois de captivité de leurs proches. Le futur du conflit reste incertain, mais l’espoir d’un accord de paix persiste.

Les critiques de Marine est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis