Enquête choquante : Pourquoi les paroles d’Emmanuel Macron sur le génocide rwandais, qui auraient pu changer la donne, sont-elles restées silencieuses ?

Lors de la commémoration du 30e anniversaire du génocide perpétré contre les Tutsis au Rwanda, un silence inattendu a marqué le discours de l'Emmanuel Macron.

Les mots non prononcés #

Une partie cruciale de son message, divulguée en amont par l’Élysée, a été remarquablement absente lors de la diffusion du discours le 7 avril.

Cette déclaration manquante aurait déclaré que la France, avec ses alliés occidentaux et africains, aurait pu arrêter le génocide mais n’en a pas eu la volonté. Cette déclaration aurait accentué la responsabilité de la France dans cette tragédie.

Les réactions anticipées #

Les experts et les médias ont rapidement interprété cette déclaration comme une reconnaissance plus approfondie de la responsabilité de la France dans le génocide. Marcel Kabanda, président de Ibuka France, une organisation majeure de mémoire, de justice et de soutien aux survivants du génocide des Tutsis, a loué ce pas en avant.

À lire Testez l’huile de figue de barbarie pure

Les médias ont également salué cette déclaration anticipée. La Croix, Libération et Ouest France ont tous titré sur l’implication de la France dans le génocide, louant la reconnaissance d’Emmanuel Macron.

Mystère autour de l’omission #

Malgré toutes ces anticipations, le président français a évité de prononcer cette déclaration. L’Élysée affirme que la déclaration a été mal comprise et que ses éléments de langage s’inscrivent dans le discours d’Emmanuel Macron à Kigali le 27 mai 2021.

Il y avait alors reconnu les responsabilités de la France dans le génocide, insistant sur le fait que la France n’avait pas été complice des génocidaires Hutus. La vidéo du président français diffusée le dimanche a déclaré qu’il n’y avait aucun mot à ajouter ou à retrancher de ce qu’il avait dit ce jour-là.

Les influences potentielles #

On peut se demander si le président français a subi des pressions de la part des responsables politiques français de l’époque. L’Élysée nie que ce soit le cas, mais la déclaration prévue a suscité des mécontentements.

À lire Que savoir sur le café bio en 2024 et les avancées technologiques ?

Le général Lafourcade, par exemple, a publiquement contesté les propos qu’Emmanuel Macron n’a finalement pas prononcés. De nombreuses autres figures françaises de premier plan de l’époque auraient pu être mécontentes de la déclaration prévue.

Voici une liste des points clés à retenir :

  • Une déclaration cruciale de Macron sur le génocide rwandais n’a pas été prononcée.
  • Les médias et les experts ont interprété cette déclaration non prononcée comme une reconnaissance plus profonde de la responsabilité de la France.
  • L’Élysée affirme que la déclaration a été mal comprise et s’inscrit dans le discours précédent de Macron.
  • Il est possible que des pressions aient été exercées sur Macron pour omettre cette déclaration.

Les critiques de Marine est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis