Des épargnants victimes de fraudes boursières : comment des interviews fictives d’Elise Lucet et Jamel Debbouze ont entraîné une perte massive d’économies

Imaginez-vous tranquillement en train de parcourir votre fil d'actualité sur Facebook lorsque vous tombez sur une publicité.

Un piège bien rodé : l’utilisation d’icônes célèbres #

Une personnalité que vous reconnaissez et respectez – peut-être Bernard Arnault, Elon Musk, Léa Salamé, Jamel Debbouze, Francis Cabrel, ou Elise Lucet – apparaît pour promouvoir une plateforme de trading promettant des gains importants. C’est exactement ce qui est arrivé à Marie (un nom d’emprunt) en mars 2023, qui a fini par perdre plus de 90 000 euros.

En deux clics seulement, elle s’est retrouvée en contact avec une prétendue conseillère en placement nommée « Rachel Pinto ». Cette dernière, se présentant comme employée pour Nixse, une plateforme de trading basée à Taiwan, a réussi à convaincre Marie d’investir une première somme de 800 euros.

Une confiance aveugle qui mène à une perte massive #

Après avoir réalisé quelques « petits trades » qui n’ont rapporté que quelques dizaines d’euros, Marie a commencé à s’impatienter. C’est à ce moment que Rachel lui a proposé un « coup fabuleux » qui nécessitait un investissement de « 20 000 » euros. Malgré ses réticences initiales, Marie a fini par accepter l’offre et a rapidement vu une somme de 4 600 euros s’ajouter à son compte de trading, un compte auquel elle n’avait pas accès.

À lire Testez l’huile de figue de barbarie pure

Emportée par l’euphorie, Marie a commencé à trader seule. Elle a fini par accumuler jusqu’à 500 000 euros sur ses différents comptes. Cependant, lorsqu’elle a voulu récupérer son capital initial de plus de 90 000 euros en septembre, elle n’a pu retrouver trace de son argent.

Une escroquerie bien organisée et savamment orchestrée #

Derrière cette vaste escroquerie se cachent en réalité des groupes criminels organisés qui s’efforcent de rester anonymes tout en se donnant une apparence de légitimité. Ils recrutent des professionnels du « phishing » pour collecter les données des victimes, gèrent des centres d’appel et organisent des réseaux de « blanchiment » d’argent.

L’Autorité des marchés financiers (AMF), chargée de la protection des épargnants, a tenté de durcir sa politique face à la multiplication de ces fausses plateformes. Malgré cela, la bataille semble titanesque et la plateforme Nixse, qui a causé tant de torts, est toujours accessible.

Cette histoire sert de triste rappel pour tous les internautes et épargnants :

À lire Que savoir sur le café bio en 2024 et les avancées technologiques ?

  • Toujours vérifier les informations provenant de sources non vérifiées
  • Ne jamais partager ses informations personnelles ou bancaires sans être sûr de la légitimité du destinataire
  • Se méfier des offres trop belles pour être vraies

Les critiques de Marine est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis