Découvrez les mystères cachés derrière les dessins de Tiepolo aux Beaux-Arts de Paris – Une exploration surprenante et inquiétante du maître vénitien

Imaginez une scène où les personnages aux longs chapeaux du maître vénitien, Giambattista Tiepolo, prennent vie.

Un aperçu fascinant des œuvres de Tiepolo aux Beaux-Arts de Paris #

Aux Beaux-Arts de Paris, cette vision fascinante devient réalité avec l’exposition de ses dessins, ainsi que ceux de ses deux fils, jusqu’au 30 juin. C’est une occasion unique de revisiter les créations de ce célèbre artiste.

Dans une scène, un polichinelle vérifie la cuisson des gnocchis. Son nez, un énorme navet, plonge vers l’eau bouillante, évoquant une stalactite se dirigeant vers un sous-sol à la fois nutritif et inquiétant. Autour de la marmite, ils sont douze, formant une masse pyramidale obsène en attente d’un bon gnocchi. Un véritable théâtre où se mélangent la vie, les fantasmes et les genres.

Fascination et respect pour le maître vénitien du XVIIIe siècle #

Giambattista Tiepolo, le plus grand peintre italien du XVIIIe siècle, a laissé une empreinte indélébile sur l’art européen. Ses fresques, d’une beauté à couper le souffle, feraient pâlir le ciel de jalousie, si seulement il était habité. Sa renommée à travers l’Europe ferait rougir n’importe quel candidat en tête de liste aux élections européennes.

À lire Testez l’huile de figue de barbarie pure

Cependant, en France, son œuvre n’est pas aussi reconnue. La dernière exposition de ses travaux remonte à 1997-98. Ses dessins vénitiens n’ont pas été vus depuis 1990. Les Beaux-Arts possèdent dix de ses œuvres. Les polichinelles, eux, sont napolitains.

Le mystère des polichinelles dans l’œuvre de Tiepolo #

La tradition des gnocchis offerts au maire de la ville par les enfants des quartiers populaires pendant le Carême vient de Vérone. Sur le dessin, les polichinelles, courtauds, se ressemblent tous. Un treizième avait été dessiné par Tiepolo, mais il l’a effacé, sans doute pas pour des raisons superstitieuses mais pour des raisons esthétiques.

Ces polichinelles intrigants forment avec leurs longs chapeaux de cuisiniers, de docteurs, de fous, une masse obscène et pyramidale qui s’amasse et se vautre en attendant Godot-les-bons-gnocchi. Leur présence sur le dessin ajoute une couche de mystère et d’intrigue à l’œuvre de Tiepolo.

Voici quelques thèmes majeurs dans l’œuvre de Tiepolo :

À lire Que savoir sur le café bio en 2024 et les avancées technologiques ?

  • L’utilisation de la caricature pour représenter des types de personnages.
  • La représentation de la vie quotidienne avec une touche de fantaisie.
  • L’influence de la culture vénitienne et napolitaine dans son travail.
  • Les polichinelles comme figures récurrentes dans ses dessins.

Les critiques de Marine est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis