Découvrez le parcours étonnant de Michael O’Flaherty : de prêtre irlandais à défenseur des droits de l’homme pour l’Union européenne

Imaginez un prêtre irlandais, diplômé en droit et en philosophie, qui décide de changer de trajectoire et d'endosser le rôle de défenseur des droits de l'homme pour l'Union européenne.

Un parcours des plus inattendus #

C’est l’histoire incroyable de Michael O’Flaherty, qui a été élu en janvier dernier comme représentant des droits de l’homme au Conseil de l’Europe.

Avant cela, O’Flaherty a occupé plusieurs postes clés dans des institutions internationales et pour l’Union européenne. Il a également été professeur aux universités de Galway, en Irlande, et de Nottingham, en Angleterre. Cependant, avant d’embrasser ces carrières, il a été prêtre pendant plusieurs années, un passé qui contraste avec son présent.

De l’église à la défense des droits de l’homme #

Après avoir obtenu un diplôme en droit à l’université de Dublin et un diplôme de philosophie à l’École pontificale de Rome, O’Flaherty a choisi de se consacrer au domaine des droits humains. En effet, après avoir été ordonné à l’Église catholique romaine du diocèse de Galway, il a décidé de se « laïciser » et de concentrer son énergie sur la défense des droits humains.

À lire Testez l’huile de figue de barbarie pure

Pendant près de deux décennies, O’Flaherty a travaillé avec l’ONU sur des missions de défense des droits humains en Bosnie-Herzégovine et en Sierra Leone. En 2015, il a rejoint l’Union européenne en tant que directeur de l’Agence des droits fondamentaux, poste qu’il a occupé jusqu’à son élection au Conseil de l’Europe.

Un défenseur des droits LGBT #

Connu pour sa position favorable aux droits LGBT, O’Flaherty a souvent été en désaccord avec l’enseignement du pape sur les droits des homosexuels et les droits sexuels. Il a ainsi travaillé activement pour la défense des droits LGBT et du droit à l’avortement. Il a même été en conflit avec le gouvernement irlandais pour l’échec de la légalisation de l’avortement en 2008 – qui a finalement été autorisé dix ans plus tard.

O’Flaherty s’est également engagé en faveur d’une série d’amendements en Irlande du Nord (approuvés en 2013) permettant aux couples de même sexe d’adopter, faisant preuve d’un courage et d’une détermination sans faille.

Une priorité : l’Ukraine #

Le nouveau commissaire aux droits de l’homme a fait savoir que sa première destination dans le cadre de son mandat de six ans non renouvelable sera l’Ukraine. Pour O’Flaherty, rien n’est plus urgent que de s’attaquer aux conséquences sur les droits de l’homme de l’invasion massive de l’Ukraine par la Russie.

À lire Que savoir sur le café bio en 2024 et les avancées technologiques ?

O’Flaherty n’est pas le premier irlandais à occuper un poste international de cette envergure. Mary Robinson, ancienne présidente de l’Irlande, a été haute-commissaire aux Nations unies aux droits de l’homme. Anastasia Crickley, militante des droits de l’homme, a présidé le Comité de l’ONU pour l’élimination de la discrimination raciale.

Voici quelques points clés de son parcours :

  • Diplômé en droit et en philosophie
  • Ancien prêtre du diocèse de Galway
  • Professeur aux universités de Galway et de Nottingham
  • Défenseur des droits humains pour l’ONU et l’Union européenne
  • Directeur de l’Agence des droits fondamentaux de l’UE
  • Représentant des droits de l’homme au Conseil de l’Europe
  • Défenseur des droits LGBT
  • Active dans la lutte pour le droit à l’avortement en Irlande

Les critiques de Marine est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis